mardi 31 mars 2009

Communiqué de presse X Darcos

Avancées ? Vous avez dit avancées ?

Le recrutement et la formation des enseignants Communiqué de presse - Xavier Darcos 31/03/2009

A l’issue d’une série de consultations avec les organisations représentatives des personnels de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur sur la réforme du recrutement et de la formation des enseignants, le ministre de l’Éducation nationale et la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche apportent plusieurs éléments d’information complémentaires.
Ils précisent, notamment, les modalités concrètes de concertation qui conduiront à la mise en place de la réforme définitive au cours de l’année 2010/2011. Le processus de concertation avec les organisations représentatives reposera notamment sur trois groupes de travail chargés d’étudier :
Les concours de recrutement
Le cadrage des masters et leur articulation avec les concours
L’organisation et le contenu de la période de formation continuée pendant l’année de fonctionnaire stagiaire à l’issue du concours
Une commission de concertation sur la réforme du recrutement et de la formation sera également mise en place avec des acteurs universitaires. Le recteur Marois et le président Filatre en assureront la coprésidence. Ils feront très rapidement des propositions aux ministres sur la composition et le fonctionnement de cette commission qui consultera régulièrement les organisations représentatives.
Les ministres ont également détaillé les conditions de mise en oeuvre du processus de mastérisation de la formation des enseignants et des conseillers principaux d’éducation (C.P.E.), qui sera engagé dès l’année prochaine.
Ils confirment que, pour la session 2010, les contenus des concours resteront en l’état. Par ailleurs, pour s’inscrire aux concours de la session 2010, les étudiants devront :
Soit déjà être titulaires d’un master ou inscrits en M2 à la rentrée universitaire 2009 ;
Soit, à titre exceptionnel et dérogatoire, pour la seule session 2010 des concours :- avoir été présents aux épreuves d’admissibilité de la session 2009- ou bien, être inscrits en M1 dans une composante universitaire à la rentrée 2009.
Pour l’année transitoire 2009 - 2010 l’inscription en I.U.F.M. vaudra également inscription en M1 par convention avec les universités afin de favoriser le processus de mastérisation. En cas de réussite à un concours de la session 2010, le bénéfice du concours sera garanti pendant un an à ces candidats inscrits en M1. Ils seront recrutés comme enseignant stagiaire pour la rentrée scolaire 2011 sous réserve de l’obtention de leur M2 à l’issue de l’année universitaire 2010-2011.
Dès septembre 2009, des stages de pratique accompagnée ou en responsabilité rémunérés seront mis en place afin d’engager le processus de préprofessionnalisation lié à la mastérisation.
Dès la prochaine rentrée universitaire, les étudiants se destinant au métier d’enseignant pourront également bénéficier d’un dispositif d’aides complémentaires mis en oeuvre par le ministère de l’Éducation Nationale.
A la rentrée 2010, un tiers de l’obligation de service des nouveaux enseignants, recrutés lors de la session 2010 des concours, sera consacré à une formation continue renforcée, prenant la forme d’un tutorat et d’une formation universitaire à visée disciplinaire ou professionnelle.
Mise à jour : mars 2009

Source

Manifestation - performance






Marché de la Croix Rousse, devant l'IUFM.
Manifestation d'étudiant-e-s, stagiaires, formateurs et formatrices, vêtu(e)s de robes-slogans, pour expliquer les raisons de notre lutte.
Cette manifestation s'est terminée par une non-cérémonie d'accrochage de maquettes sur les grilles de l'IUFM.

lundi 30 mars 2009

Dans Libélyon, aujourd'hui

Réforme Darcos : « Plus personne ne pilote rien »
EDUCATION – « Vu de loin, on a l'impression que plus personne ne pilote rien », entend-on à l'IUFM de Lyon. La réforme menée par Xavier Darcos ? C'est « le bordel », « une pagaille ». Et une menace en cours, selon les enseignants. Alors que l'opinion publique peut avoir l'impression par le prisme des médias d'un « détricotage », d'un « report », le collectif des personnels, professeurs et enseignants-stagiaires de l'IUFM affirme qu'il « n'en est absolument rien ».
Lire la suite sur le site de libelyon

dimanche 29 mars 2009

Prise de position de la conférence des Doyens et Directeurs d'UFR Lettres Langues Arts SHS

CDUL (Conférence des Doyens et Directeurs d' UFR Lettres Langues Arts Sciences Humaines et Sociales )
Déclaration du 28 mars 2009
Face aux réformes universitaires en cours et à une gestion politique irresponsable de la crise qui en résulte et paralyse le fonctionnement de leurs UFR, les Directeurs et Doyens des UFR de Lettres, Langues, Arts Sciences Humaines et Sociales (LLASHS) réaffirment leur opposition aux projets tels qu'ils sont actuellement formulés.
La CDUL considère que la formation des futurs enseignants, enjeu national majeur, implique une responsabilité particulière des Universités,et donc de leurs composantes, UFR et IUFM.
Une réforme de cette formation est incompatible avec la précipitation, les logiques de bricolage ou d’improvisation récurrente qui ont présidé aux projets de mastérisation en cours.
La CDUL constate que suite aux modifications et ajustements successifs, la réforme reste inapplicable : même les rares maquettes existantes ne sont plus en adéquation avec les nouvelles informations disponibles; de nouvelles maquettes ne peuvent être conçues sur une base qui ne répond pas aux exigences d'une vraie formation des enseignants.
Dans ces conditions, la CDUL demande :
- que le projet actuel soit totalement retiré.
- que la procédure de recrutement d’enseignants pour l’année 2010 soit la même que pour l’année 2009: maintien des épreuves de concours et des préparations actuelles; maintien des modalités d’entrée dans le métier et de recrutement sans conditions d’inscription ou de validation au niveau Master 1 ou 2; maintien du statut de professeur stagiaire en formation à l’issue du concours pour tous les nouveaux enseignants.
- qu’une réflexion nationale, sous la forme d'États-Généraux associant tous les acteurs, soit engagée sans tarder sur la mastérisation de la formation des enseignants, comme formation authentiquement universitaire, dans ses aspects disciplinaires, professionnels et de recherche. Cette réflexion doit identifier et prendre en compte tous les aspects du métier d’enseignant, en termes de savoirs et de compétences dans la perspective d’une rénovation souhaitable. Celle-ci doit veiller à respecter les principes suivants :
a) Garantir la cohérence nationale des formations à partir d’un cahier de charges et de concours nationaux ;
b) Faire en sorte que l’articulation entre formation et concours exclue toute possibilité de dérive dans le sens d’une précarisation des enseignants ou d’une dérégulation des recrutements ;
c) Veiller à ce que cette mastérisation ne remette pas en cause les offres de formation existantes, en particulier en termes de recherche, et qu'elle valorise la dimension internationale des cursus.
La CDUL reste vigilante sur l'évolution des autres questions à l'origine de la mobilisation actuelle: statuts, emplois, moyens, CNRS et organismes de recherche,...
Paris, 28 mars 2009.
Déclaration votée à l'unanimité du Bureau élargi de la CDUL

Appel à témoin

La réforme de la formation des maîtres prévoit la suppression de la formation professionnelle des enseignants et la mastérisation de la formation. Enseignant(e) du secondaire ou maître des écoles, vous avez été formé(e) dans un IUFM.
Cette formation professionnelle vous a-t-elle bien préparé(e) à votre métier d'enseignant ?
Quels sont, selon vous, les apports de la formation IUFM ?

Pour témoigner
Pour lire les témoignages déjà enregistrés

vendredi 27 mars 2009

Attention

Attention!
La dépêche n'est qu'une annonce qui fait part de l'état des négociations entamées avec les syndicats.
Elle se présente comme un recul alors qu'elle est une avancée du ministère : ce serait le début de la mise en place de la mastérisation, sans garanties, dans la précipitation et la confusion.
Il faut continuer à se mobiliser si nous voulons une réforme négociée, réfléchie, avec des échéances raisonnables.
Ne perdons pas de vue les autres projets, de la maternelle à l'université, la suppression de postes qui reste catastrophique, les dangers de privatisation de l'Ecole.

Formation des enseignants: maintien des inscriptions en IUFM en 2009-2010

Dépêche AFP
Les étudiants qui entendent préparer les concours d'enseignants en 2009-2010 pourront s'inscrire pour cela en première année d'IUFM, comme actuellement, a annoncé la FSU à l'issue d'une rencontre au ministère de l'Education nationale avec Xavier Darcos et Valérie Pécresse.
En outre, cette première année d'IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres) permettra d'avoir une équivalence en master 1 (M1), a précisé à la presse vendredi le secrétaire général de la FSU, Gérard Aschieri.
"Pour l'année 2009-2010, il y aura le maintien des inscriptions en IUFM, il y aura le maintien de la même formation, avec un système qui, par convention, permettra que l'année en IUFM soit validée comme un M1", a-t-il déclaré.
Les étudiants auront aussi le choix de s'inscrire directement en master 1 à l'université, avec possibilité de passer le concours.
Sur les autres engagements obtenus, Gilles Moindrot, secrétaire général du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, a fait part de la "volonté très forte de maintenir les moyens affectés à la formation et à la préparation des maîtres en IUFM, ainsi que l'ensemble des antennes départementales" de ces instituts.
"Pour 2011", année où doit s'appliquer l'ensemble de cette réforme de la formation des enseignants, "on a listé les points sur lesquels on allait pouvoir négocier. D'une certaine manière, cette liste correspond à une forme de remise à plat du dispositif tel qu'il était envisagé", a dit M. Aschieri.
"On a une série de mesures sur lesquelles les ministres reculent, sous la pression de la mobilisation, tant mieux", a commenté M. Moindrot.
Selon la FSU, les ministres de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur Xavier Darcos et Valérie Pécresse se sont engagés à mettre ces points par écrit à l'issue des discussions avec l'ensemble des syndicats, qui se déroulent jusqu'à lundi.
Pour autant, la FSU a encore de "grandes inquiétudes" sur la façon dont seront organisés les stages en responsabilité en master 2, notamment.

Chansons de lutte

Sur l’air de « Il était un petit navire »
REFRAIN Ohé, Ohé, bougeons-nous !
On tue nos écoles devant nous !
Ohé, Ohé, bougeons-nous !
On tue nos écoles malgré nous !
COUPLET 1
Il était une petite école (2x)
Qui n’avait plus, plus, plus de professeurs (2x)
Ohé, Ohé !
COUPLET 2
Au bout de 4 à 6 semaines (2x)
Les savoirs vinrent, vinrent, vinrent à manquer (2x)
COUPLET 3
On tira à la courte paille (x2),
Pour savoir qui pourra être éduqué(2x)

Sur l’air de « Bella Ciao »
Il faut des moyens
Et pas trois fois rien
Il faut du temps
Du pognon
Pour l’éducation
Il faut des chercheurs
Et des professeurs
Darcos, Pécresse, Démission !
Sur l’air de « Frère Jacques »
Frère Darcos, frère Darcos
Stoppez tout, stoppez tout !
Laissez-nous l’école, laissez-nous l’école
Démission, démission !

Sur l’air de « Au clair de la lune »
Au clair de la rue
Mon pauvre Darcos
Tu es à la rue
Abandonne ton poste !
Ta réforme est morte
Nous on n’en veut pas
Tu dois prendre la porte
C’est bien fait pour toi !
Complainte de l’IUFM
( air de adieu monsieur le professeur )

Refrain
Adieu, mon jeune IUFM
Adieu, t’as pas vécu vingt ans
Adieu mon jeune IUFM
Adieu à tous tes enseignants

1
Nous t’offrons quelques banderoles
Pour dire qu’on ne veut pas ta mort
Tu peux être un lieu de parole
On voit que tu respires encore

2
Ô toi, faiseurs de pédagos,
Nid d’enseignants, de doctorants,
C’était facile de t’ faire la peau
Y’avait pas d’lutteurs dans tes rangs

3
Ils veulent qu’on soit une entreprise
Qu’on soit des profs à résultats
Mais est-ce que ça vaut l’coup qu’on vise
D’être les premiers dans PISA ?

Sur l’air de Céline
1 Dis-nous, Sarko,
Que sont-ils devenus,
Les postes d’enseignants
Où ont-ils disparu ?
Est-ce pour remplir
Les poches des banquiers
Que tu les as supprimés ?
2 Dis-nous Sarko
Qui vas-tu attaquer
Après avoir sucré
Les juges et les postiers ?
Est-ce que tu crois
Qu’on est des pauv’ cons
Des Kouchner et des Besson ?
3 Dis-nous Sarko,
Pourquoi as-tu changé
Les programmes du primaire
Qui étaient à peine nés
Est-ce parce que
Tu n’arrivais pas
A atteindre le cycle 3 ?
4 Dis-nous Sarko,
Quel pays tu nous fais
On passe pour des feignants,
Des débiles agités
C’qu’on fait le dimanche,
ça te r’garde pas
Et ça tu nous l’enlèveras pas
Refrain
Non, non, non,
Ne ricane pas,
Non, ne ricane pas
On est, on est
On est encore là
Ne ricane pas, non
Ne ricane pas, non
Le monde comme tu l’veux
On n’en veut pas

Sur l’air de Corne d’auroch
REFRAIN
Il avait nom Supprimator
Au gué, au gué
Parce qu’il voulait tout supprimer
Au gué, au gué

1 Ça le prend le matin, il s’ réveille, il se lève
Y’s’ dit « faut qu’je supprime tout ça qu’j’ai vu en rêve
Et en tout premier lieu, j’vais supprimer la grève »
Supprimator
La grève, on va pas s’en priver
Au gué, au gué
C’est notre façon de résister
Au gué, au gué

2 Lorsqu’un jour on lui lut de Guy Moquet la lettre
Il a enfin compris c’que c’est qu’d’avoir des lettres
J’vais construire un musée où c’est qu’on peut la mettre
Supprimator
Depuis l’histoire et la géo
Au gué, au gué
Sont remplacées par le loto
Au gué, au gué

3 « Supprimer les chercheurs, les profs, les infirmières
Moi, le service public, j’trouve ça réactionnaire
Vaut mieux faire croire au peuple qu’il sera milliardaire »
Supprimator
"Et c’est pour ça qu’à la télé
Au gué, au gué,
Y'a que moi qui ira parler
Au gué, au gué"

4 L’histoire n’dit pas combien de temps il gouverna
Quand il mourut, dans son cerveau, on ne trouva
Qu’une Rolex et un karcher en bon état
Supprimator
Comme il avait tout supprimé
Au gué, au gué,
Y’a eu personne pour l’enterrer
Au gué au gué

jeudi 26 mars 2009

Manifestation lyonnaise du 26 mars


Présence encore de l'IUFM dans la manifestation lyonnaise du 26 mars, y compris au micro avec de nouvelles chansons (sur la video)

Pétition pour l’ouverture des préinscriptions

Pétition pour l’ouverture des préinscriptions à la préparation des concours IUFM de l’académie de Lyon – UCBL

Aujourd’hui, jeudi 26 mars 2009, nous constatons que la confusion qui règne empêche de préparer la rentrée universitaire prochaine dans des conditions satisfaisantes.
Afin de répondre aux nombreuses demandes légitimes des étudiants qui comptent préparer les concours d’entrée dans l’enseignement - session 2010 – à l’IUFM de l’académie de Lyon, nous soussignés, demandons à la direction de l’IUFM et au Conseil d’Administration de l’UCBL, de procéder dès maintenant aux préinscriptions.
Nous rejoignons en cela la demande similaire exprimée par les élus du conseil d’école de l’IUFM.

Cette pétition est proposée à la signature des formateurs de l'IUFM de Lyon.

Motion votée à St Etienne

L’assemblée générale des étudiant-es, stagiaires, personnels enseignants et BIATOSS de l’IUFM de Lyon site de la Loire, réunis le 24 mars 2009 exige à l’unanimité :



1- Que le Ministre de l’Education Nationale confirme l’engagement du maintien des concours de recrutement sous leurs formes actuelles en 2010.

2- De sortir de la confusion et de l’incohérence de la situation actuelle, en prorogeant en 2009-2010 l’année qui prépare à ces concours, dans ses dimensions scientifiques, didactiques et pédagogiques, ainsi que l’année de formation professionnelle en alternance qui les suit.

3- L’enregistrement immédiat des pré-inscriptions des futurs candidats aux concours 2010.

4- La reconnaissance de ces deux années au niveau M1 et M2 pour éviter de:
- Sacrifier des promotions d’étudiants
- Pénaliser financièrement des enseignants nouvellement titularisés.

5- La mise en place dans les plus brefs délais d’Etats Généraux de la formation des enseignants, en prenant en compte la temporalité du plan quadriennal des Universités, pour instaurer un débat précis, rigoureux et productif avec l’ensemble des acteurs concernés.


Collectif du site de l’IUFM de SAINT-ETIENNE

Action prévue le 31 mars





Action le mardi 31 mars à 11h

Sur le boulevard, au carrefour près du site de la Tourette (à hauteur de la camionnette-pizza).
Nous nous placerons aux quatre coins du feu de circulation, vêtu de nos sacs à slogans.
Nous tendrons deux bandes de tissu noir au niveau des passages cloutés pour faire barrière lorsque les voitures seront arrêtées au feu rouge. Nous profiterons d’un arrêt momentané des voitures pour leur distribuer des tracts et discuter quelques instants avec eux. Il ne faudra pas bloquer le carrefour trop longtemps, le but n’étant pas de les déranger. Si certains sont trop pressés ou énervés, nous les laisserons passer en levant la barrière de tissu.

Matériel nécessaire: tracts, sacs à slogans, sirène, bandes de tissu noir
VENEZ NOMBREUX !! Rendez-vous sur le carrefour à 11h, nous devrons être au moins 25, c’est un minimum !

Position de la Conférence des Présidents d'Université

Position de la CPU sur la formation des maîtres du 25 mars 2009

La CPU note avec satisfaction l’évolution des discussions autour de la formation des maîtres et l’ouverture de véritables négociations qui permettent une révision en profondeur de la réforme.

Elle s’engagera pleinement dans le travail de la commission de concertation et de suivi et désigne le président de la commission de pédagogie de la CPU, Daniel Filâtre, président de l’université de Toulouse Le Mirail, pour la représenter à la coprésidence de cette commission. Cette commission devra se prononcer sur le contenu, la nature et les modalités de la formation des maîtres et des concours et démarrer ses travaux dès le début avril, après définition concertée de ses modalités de travail et de sa composition.

Pour l’année 2009-2010 et dans la mesure où les concours restent inchangés, la CPU souhaite que les préparations restent au plus près de celles de 2008-2009.

Pour que les étudiants puissent bénéficier d’un master nécessaire à leur recrutement ultérieur comme professeurs, la CPU suggère de les inscrire, pour ces préparations, soit dans les UFR ; soit dans les IUFM dont l’année de préparation pourrait donner, à titre transitoire, l’équivalence de 60 ECTS.

Ces différentes modalités doivent être abordées de façon urgente dans les négociations qui se déroulent en ce moment avec les deux ministres.

La FCPE pour la défense du service public d'éducation

Une lettre de la FCPE
La mobilisation continue pour la défense du service public d'éducation !
Signez et faites signer l’appel « L’éducation est notre avenir »


Suite à notre mail du 19 mars, nous vous confirmons que le collectif « L’éducation est notre avenir » a retenu la date du 2 avril pour donner une suite à la mobilisation.
Dès demain le texte de l’appel signé de l’ensemble des organisations vous parviendra.
Nos mots d’ordre sont mis en avant : contre la semaine de 4 jours et la suppression de deux heures hebdomadaires d’enseignement en primaire, contre les suppressions de postes et de RASED, contre la suppression des moyens de remplacement, contre la réforme de la formation des enseignants au rabais.
A ce titre les formateurs d’IUFM ont été associés, ils peuvent donc prendre contact avec vous.
Nous vous rappelons : qu’il ne s’agit pas d’organiser des manifestations uniquement départementales mais une multitude de petits rassemblements ou manifestations plus ou moins nombreuses coordonnés le même jour, sur tout le territoire, à des heures compatibles avec la participation des parents d’élèves : il pourra s’agir de concerts de casseroles avec gilets jaunes vers 18 ou 19h00 par exemple…
Notre objectif est qu’il y ait plus de 1000 manifestations ce jour-là dans toute la France , dans toutes les villes, devant les mairies, les préfectures, les inspections d’académie, les rectorats ou les universités, voire partout où il y a des écoles ou des établissements d’enseignement.
Merci de nous faire parvenir toutes les informations sur ce qui est organisé afin que nous puissions annoncer et relayer les actions.
Bien cordialement,
Jean-Jacques HAZAN,
Président

mercredi 25 mars 2009

Compte rendu AG 25 mars

1/ Informations :

-De nombreux IUFM connaissent une forte mobilisation récente, soutenue parfois par la direction de l’iufm. Voir, par exemple, le courrier du directeur de l’iufm de Montpellier.

- Localement à l’iufm de Lyon :
Des collègues responsables de dossiers et de formations ont été invités par la direction hier à une réunion.
Il n’y a de pré-inscriptions d’étudiants à l’iufm de Lyon pour des raisons « morales » et « juridiques ». Pourtant de nombreux courriers et demandes arrivent à l’iufm d’étudiants qui ne savent où s’inscrire. La confusion est grande. Mais la rentrée se prépare avec la mise en place des nouveaux départements.
Cependant des iufm, 12/60 à peu près qui font des préparations au concours, procèdent à des pré-inscriptions après vote de leur CA avec des raisons elles aussi « juridiques » notamment parce que les concours sont maintenus et que les textes et la réglementation en vigueur existent toujours et n’ont pas été modifiés. Des QCM d’entrée sont préparés. La question est donc plus politique que juridique. Et il apparaît que la direction de l’iufm de Lyon est en désaccord avec la dernière position de la CDIUFM, conférence des directeurs iufm
-Pour la rentrée à Lyon, en raison de la diminution des postes au concours, une diminution de 60 à 80 PE2 est à prévoir.
.Un rendez-vous du collectif avec la direction est prévu le 1er avril.
-Les élus au CA seront bientôt reçus par la direction et certains reposeront la question des pré-inscriptions.

-Une pétition à faire signer pour obtenir l'ouverture explicite de pré-inscriptions à l'IUFM de Lyonest proposée. Le texte est à écrire.

- Au plan national :
- Le SNESUP -FSU et FO ont quitté la réunion avec Valérie Pécresse qui refuse de céder aux revendications et d’éclaircir la situation des iufm et de la mastérisation. Elle craint une situation difficile au retour des vacances de Pâques, avec la jeunesse dans la rue et des examens et concours compromis.
-Des actions se multiplient et se durcissent partout dans le pays avec comme c’était indiqué dans les motions de la coordination nationale des universités (blocages gares, routes et autoroutes) .
A Lyon, avec des groupes de l’université Lyon 2 la rue de l’Université a été bloquée. Voir aussi sur les sites, les printemps des chaises, les « rondes des obstinées » comme on en a vu à Paris dans les média ou à Lyon aux Terreaux avec sciences Po mardi.


2/ Actions à mener :

- Manifestation jeudi 26 mars à l’appel de la coordination nationale des universités
Rendez vous 14h Terreaux, masques blancs habits noirs, banderoles iufm et de quoi faire du bruit.
Au matin, inscrire la manifestation sur tous les tableaux de toutes les salles Clos et Tourette.

- AG à l’université Lyon 1 vendredi 27 mars 11h30 Amphi Astrée. Il faut venir nombreux !

- Mardi 31 mars 11h, action sur le boulevard de la Croix Rousse entre Clos et Tourette, informations aux passants et automobilistes, avec habits- sacs peints. Atelier peinture ce mercredi a-m et lundi si nécessaire.

- La grève administrative se poursuit.
- Les rapports de visites, les feuilles d’émargement, les calendriers de soutenance de mémoire ne sont pas rendus. Sur trois UFP représentées à l’AG, 2 d’entre elles ne mettront pas en œuvre le processus d’alerte des PE2 en difficulté. Dans une UFP où un repérage a été fait, seulement 35 rapports de visite sur 160 ont été rendus.
-Des membres du collectif s’engagent fermement à aider le personnel administratif pour constituer les dossiers de validation et mettre en place les soutenances de mémoires si la situation se débloque positivement. Des courriers personnels seront envoyés nominativement aux personnes responsables de ces dossiers pour les assurer d’une aide rapide en cas d’ issue positive.

- 2 avril : Journée de mobilisation générale avec de multiples actions.
Voir le site « Sauvons l’école » : Mur de cartons, cortège aux flambeaux….

- Prévoir d’autres actions : une « ronde des obstinés », cours dans la rue, réunion sur des places, cortège d’enterrement, etc.

-A lire Le canard enchaîné qui vient de sortir …


- Prochaine AG mercredi 1er avril, 12h15.

Conférence de presse

Le collectif IUFM de Lyon avait invité les médias locaux pour une conférence de presse sur les réformes de la formation des maitres.
Deux journaux sont venus : Le Progrès et Libération-Lyon.
Nous avons pu faire un point sur la mobilisation locale et nationale, sur la situation actuelle, sur les inconnues relatives à l'année prochaine, et rappeler nos revendications :
- retrait de la "réforme" Darcos de "mastérisation",
- reconduite de la préparation aux concours l'an prochain dans le cadre actuel des IUFM (puisque les concours auront l'an prochain la même forme que cette année, faut-il en changer les modalités de préparation ?),
- ouverture d'Etats Généraux de la Formation des Maitres et, plus largement, de l'éducation : Quels maitres, quelle formation, pour l'école de demain ?

mardi 24 mars 2009

Entrevue avec Lionel Collet, président de Lyon 1 et de la CPU

Le lundi 23 mars le collectif de l’IUFM de Lyon a été reçu à sa demande pendant une heure par le président de l’université de Lyon1, Lionel Collet qui est aussi président de la CPU, ainsi que par Régis Bernard, directeur de l'IUFM de Lyon. Nous l’avons informé de la poursuite de la grève administrative, votée à la majorité en AG des formateurs ce jour et de nos demandes (engager les pré-inscriptions, refuser la remontée des maquettes. Lionel Collet a affirmé que des avancées avaient eu lieu (report de la réforme des concours et formation professionnelle des stagiaires) et nous a dit que la semaine à venir allait être déterminante (prise de position de la CPU mercredi sans doute, négociations ministérielles avec les syndicats. Pour les maquettes 30 universités/81 seraient prêtes à les faire remonter et un délai de grâce après le 31 mars aurait été accordé par le président de l’AERES. Il souligne l’intérêt d’une formation à bac + 5 dans la perspective du processus de Bologne et la perspective d’une revalorisation des carrières des enseignants.

Le directeur de l’IUFM de Lyon n’est pas favorable aux pré-inscriptions (pas de texte réglementaire) et se situe dans la perspective de la mastérisation telle qu’elle a été définie.


"Verbatim" de cette rencontre
1/ Présentation rapide des interlocuteurs et prise de parole au nom du collectif
 MZF rappelle notre position dans ce long combat de 4 mois : défense de l'école publique, défense d'une formation professionnelle de qualité. Elle rappelle que notre volonté est un réel changement de la formation et pas un repli sur un existant qui peut être transformé.
 IT présente la position prise en AG de formateur sur la grève administrative : elle continue, feuille d'émargement et rapport de visite ne seront pas rendus à l'administration, elle s'étend aujourd'hui à la non transmission des listes dans la procédure d'alerte et le refus d'élaboration des plannings de soutenance mémoire. Ce point ne sera pas repris dans le débat.
 MD demande la mise en place de pré inscriptions en fonction des textes aujourd'hui en vigueur.
 MZF rappelle la position du collectif et demande une position ferme sur la non remontée des maquettes.

2/ Échange à propos du communiqué Darcos du 20 Mars :
 Pour LC nous avons obtenu ce que nous demandons : remise à plat de la réforme pour les concours 2011, concours à l'identique pour 2010.
 Suit un dialogue de sourd où LC « tente de comprendre notre position » : nous demandons un retrait qui ne veut plus rien dire, car il est effectif. Il s'agit maintenant de mettre en place les négociations avec les syndicats qui sont, seuls, légitimes. Il pense que la CPU ne pourra rien de plus. Si nous sommes favorables à la mastérisation que demander de plus. Il refuse de voir le lien entre concours et mastérisation
 Quant à la place des IUFM il nous redit que nous ne sommes pas aimés de la communauté universitaire sauf des universités intégratrices qui doivent nous « protéger ». Mais nous devons comprendre que nous défendre n'est pas chose facile et que la défiance généralisée (nous y compris) ne favorise pas le dialogue. Darcos est un bon ministre qui connait bien le dossier. Sempiternel leitmotiv du ministre compétent.
 Le communiqué de la CDIUFM (tombé dans l'après-midi de l'entretien) est évoqué. Il représente pour nous une avancée. LC dit ne pas le connaitre, la prise de position n'est pas évoquée clairement implicitement nous comprenons que RB, et sans doute LC, sont en désaccord avec ce communiqué.
 La question des pré inscriptions remise obstinément sur le tapis par MD est évacuée. Aucune réponse n'est possible tant que la situation est aussi confuse. LC précise que pour la rentrée il y a nécessité d'un arrêté pour justifier les droits d'inscription (PE1 et PCL1) et donc pour reconnaitre cette année de formation. Or nous ne l'avons pas, il n'est donc pas possible de se prononcer pour l'ouverture d'inscriptions dans les conditions actuelles.
 LC dissocie l’année prochaine – année de transition – des années suivantes, qui seront préparées par différentes commissions. De plus il ajoute que Darcos est prêt à négocier un concours à passer en fin de M1 avec une année pour les lauréats pour valider le M2. Il y aura forcement une promo "sacrifiée" du fait du passage d'un recrutement d'un niveau Bac +3 à bac+5. En 2010-2011 les nouveaux profs iront directement en classe (= système listes complémentaires) et ne bénéficieront pas d'une formation pro.
 La situation de la rentrée est évoquée et nous comprenons très vite que pour sortir du flou il faut déposer les maquettes. LC affirme qu'une trentaine (la moitié de 80!) d'universités est prête à déposer et que le délai du 31 mars pourra à nouveau être repoussé. La réunion IUFM du mardi 24 mars matin est prévue pour organiser des scénarios possibles de rentrée.
 Enfin, un recrutement à bac+5, c'est vraiment très bien si on se demande pourquoi : cela permet de s'aligner sur les pays européens, de revaloriser les carrières...
 MD parle de la revendication du collectif d'un cadrage national pour une formation de tous les enseignants de la République. LC rappelle que le processus de Bologne stipule qu'il n'y a plus de cadrage national normalement...

3/ En conclusion :
 Pas de pré inscriptions car, selon RB, il n'y a pas de textes qui le permettent..
 Une pression qui ne se dit pas franchement pour la remontée des maquettes.
 LC prévoit que la CPU prendra position d'ici à mercredi soir, que les syndicats vont négocier avec Darcos et nous demande une semaine.

CR Michel Driol, Juliette Pichot, Isabelle Tourron, Michelle Zancarini-Fournel
IUFM de Lyon

lundi 23 mars 2009

Grève administrative

Constatant que le gouvernement campe sur ces positions et que les « propositions » faites ne changent rien, le collectif IUFM de Lyon est contraint de poursuivre sa grève administrative. Nous continuerons donc à ne pas rendre les feuilles d'émargement et les rapports de visite ; nous bloquerons les listes d'alerte pour les stagiaires en difficulté et nous ne constituerons pas les jurys de mémoire si le gouvernement ne retire pas son projet de réforme de la formation des enseignants.

Décision prise à la majorité des votants par les formateurs du "collectif IUFM de Lyon" réuni en assemblée générale le 23 / 03 / 09

Le point de vue de l'IREM

Comité scientifique des IREM
Séance du 20 mars 2009
Avis sur la formation et le recrutement des enseignants
Le comité scientifique des IREM (Instituts de Recherche sur l'Enseignement des Mathématiques) rappelle que, dès sa réunion du 12 septembre 2008, il avait, sur la base de la compétence propre des IREM en matière de formation initiale et continue des enseignants, exprimé ses inquiétudes face aux projets de réforme de la formation et du recrutement présentés par les ministères de l'Education Nationale et de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.
Six mois plus tard, réuni le 20 mars 2009, considérant que la mise en place de ces réformes est impossible tant pour la rentrée 2009 dans les universités (« mastérisation ») que pour la session de concours de recrutement 2010, il demande le maintien à l'identique de l'ensemble des concours de la session 2010 :
a. mêmes conditions de diplômes universitaires (licence et non master),
b. structures de concours inchangées,
c. maintien de l'année de formation professionnelle (PE2, PLC2, PLP2), en tant que fonctionnaires stagiaires en 2010-2011, pour les lauréats des concours 2010.
En ce qui concerne la réforme pour les années ultérieures, le comité scientifique des IREM insiste sur les deux points suivants :
1. maintien d'une année de formation professionnelle rémunérée,
2. mise en place d'une commission nationale regroupant l'ensemble des acteurs, qui devra proposer les nouvelles modalités de formation et recrutement des enseignants.
Avis pris à l'unanimité des membres du comité scientifique présents.

Communiqué de la Conférence des Directeurs d’IUFM du 23 mars 2009

Masterisation : sortir de la confusion et de l’incohérence (bis repetita)



La Conférence des Directeurs d’IUFM ne cesse d’attirer l’attention sur le degré de confusion et d’incohérence atteint par la réforme du recrutement et de la formation des enseignants à force d’ajouts et de rectifications successifs.

Les mesures concernant le caractère transitoire de l’année 2009-2010 ne font que rajouter un peu plus de confusion et d’incohérence :
- la juxtaposition de trois catégories d’étudiants qu’il faut désormais traiter de manière différente ;
- la nécessité de bricoler un dispositif à la hâte pour un nombre significatif d’étudiants, ceux qui préparent les concours de professeurs des écoles, des lycées professionnels, de conseiller principal d’éducation,;
- l’obligation pour la plupart d’entrer dans la logique de préparation des actuels concours et de s’inscrire simultanément dans des masters (quand ils existent) qui ont été construits dans une toute autre logique ;
- et, au bout du compte, la dévalorisation et la perte de crédibilité pour ces masters.

Il existe pourtant une solution simple, claire, cohérente, efficace et lisible.

Puisque l’on proroge officiellement les concours actuels, il suffit de proroger l’année qui les prépare et l’année de formation professionnelle en alternance qui les suit. Il y a là un dispositif qui, depuis une vingtaine d’année, a fait la preuve de sa cohérence et de son efficacité.
Il est alors très simple (moyennant le renforcement de la dimension recherche du mémoire de seconde année) de délivrer le diplôme ou le grade de master à tous ceux qui auront réussi ce parcours difficile et particulièrement sélectif.

Construire l’avenir

De plus, pour construire l’avenir, la Conférence des Directeurs d’IUFM réitère sa proposition d’organiser des Etats Généraux de la formation des enseignants sous forme d’une consultation rigoureuse et démocratique de tous les acteurs de ce dossier.

dimanche 22 mars 2009

Quatre mois de lutte

Nous restons pleinement mobilisé-e-s...

samedi 21 mars 2009

Lecture du texte de X. Darcos

Une synthèse réalisée à partir de différentes analyses issues de membres de la coordination FDM
Point 1
Ouverture de discussions sur la place du concours … mais le ministère campe sur la position du concours en M2, la discussion ne porterait que sur la place dans l’année de M2. La place du concours en M2 avait été signalée comme un point d’achoppement fort, car la focalisation sur le concours mobiliserait toute l’énergie des étudiants, au détriment des autres aspects des études et de la formation.
Conclusion : il n’y a pas véritablement d’espace de négociation : seul le mois du concours est proposé à la discussion, l’année du concours n’est pas soumise à discussion. Bref, l’année de M2 reste problématique
Point 2
Aucune précision technique (durée ? rémunération ? qui aura droit à ces stages ?...), donc aucune garantie. Des étudiants pour remplacer les T1 en formation !
Point 3
Rien de précis sur le dispositif annoncé
Maintien de la proposition d’aide sous forme de postes d’AED. Or ce type de poste est incompatible avec la poursuite d’un master et la préparation d’un concours
Conclusion : ce point n’apporte aucune information nouvelle, le ministère reste sur ses positions.
Point 4
Seul un tiers du temps de l’année de stage est prévu pour la formation. La proportion serait donc inversée. Formation continuée renforcée, certes. Mais quid de l'indispensable formation initiale ?
Conclusion : ce point n’apporte aucun élément nouveau, le ministère reste sur ses positions. Point 5
Point positif : il est fait mention des maitres-formateurs
Point ambigu: il n’est pas fait mention des IUFM : Personne ne peut accepter un texte qui ne dise pas le rôle des IUFM. Formateurs universitaires : statut nouveau ou manière de nommer ce qui existe et dans ce cas qui ?
La notion de « tuteur » n’est pas définie.
Point 6
Le texte annonce des négociations sur la revalorisation mais ne dit rien de précis,
Conclusion : ce point n’apporte aucune information nouvelle.
Point 7
Simple annonce de la prise en compte d’un thème de discussion
Conclusion : ce point n’apporte aucune information nouvelle.
Point 8 : le ministère fait en sorte que la rentrée 2009 soit un bazar monstrueux !!!
Ce que le ministère présente comme une concession n’en est pas : l’autorisation de se représenter aux concours accordée aux candidats présents aux épreuves d’admissibilité n’est pas un cadeau, c’est un droit.
Point éminemment problématique :« pourront également se présenter aux concours de la session 2010, les étudiants inscrits en M1 à la rentrée universitaire 2009 »- cela suppose que les masters soient mis en place dès la rentrée 2009. Autrement dit que les maquettes aient été déposées ou le soient dans 10 jours.- or les maquettes déposées, et celles qui sont en cours d’élaboration, ont été établies à partir d’un cahier des charges prévoyant que le concours serait passé en M2 ( cette contrainte était d’ailleurs l’un des points les plus contestés !).
Le ministère fait donc le forcing pour obtenir le dépôt des maquettes
Point 9
Seul point vraiment positif de l’ensemble : le maintien des concours sous leur forme actuelle. Mais il manque le maintien des dispositifs de formation
Point 10 aucun changement par rapport aux mesures déjà annoncées

Conclusion d’ensemble :
La seule avancée est celle du maintien des concours sous leur forme actuelle. Mais elle n’est pas assortie des autres éléments qui permettraient la sortie de crise. Nulle part il est question des IUFM, nulle part il est question d'inscription dans un IUFM comme c'est le cas aujourd'hui pour les préparations au concours. Ce texte est une avancée importante dans la désintégration de la structure IUFM

jeudi 19 mars 2009

Combien étions-nous ?
















Quelques dizaines de milliers à Lyon, à tenter de nous faire entendre.
Belle et forte présence des personnels, étudiant-e-s et stagiaires de l'IUFM de Lyon.
Une fois de plus en noir avec masques blancs...
Et pout la première fois avec des cercueils et des ballons noirs, pour dire notre colère de voir disparaitre ce à quoi nous sommes attachés : une école de la République, avec des maitres formés pour la défendre au côté de tous les citoyens...

Dans les écoles, à l'IUFM, qui sème la misère récolte la colère... Mettre à fond le son !

mercredi 18 mars 2009

Jour de grève



Sur l'emploi du temps, le jeudi a été découpé...

Compte rendu de l'AG à Lyon du 18 mars

Présents : BIATOS, étudiants, stagiaires, enseignants 1er degré,formateurs iufm.

1/ Brèves informations sur la semaine écoulée :

-Lettre des ministres Darcos et Pecresse.

- AG Montpellier (1représentante pour l'iufm ), Collectif "Sauvons l'école" parents-enseignants.
(voir blog) A retenir : les jonctions essentielles et vitales de la maternelle à l'université.

- AG Dijon (1représentante pour l'iufm) Coordination des universités.
A retenir : les motions restent les mêmes : non remontée des maquettes, retrait de tous les points de la réforme sans période de transition. Prévoir des radicalisations du mouvement avec des actions plus dures. (voir liste de ces actions sur les sites)

- C.R rendez- vous avec le SNES par représentante du SNES. Des évolutions tardives. Des difficultés à mobiliser dans le second degré, notamment les PCL2 peu présents sur le site iufm. Des actions plus vigoureuses sont à prévoir. AG à prévoir avec les autres syndicats et collectifs.
Demande par 4 membres du collectif qui étaient présents à la réunion d'une prise de position publique de la section SNES académique sur le retrait.

- CR du rendez- vous de 4 représentants du collectif (3 enseignants et 1 PE2) avec Régis Bernard, directeur de l'iufm. Un compte rendu global sera fait après le rendez-vous avec Lionel Collet, président de Lyon 1 lundi prochain.
Prochain rv avec le directeur mercredi 1er avril,17h.

-Lettre des représentants au conseil d'école à la direction, lettre qui demande le retrait.

- Inquiètudes sur le courrier de la CPU (à lire sur les sites universités) sur les suites à envisager qui montrent diverses possibles (remontée de nouvelles maquette? validation des enseignements iufm en master ?.... )

2/ Actions à venir :

- 19 mars, gréve intersyndicale et inteprofessionnelle, mobilisation générale.
- Question des BIATOS qui commencent à 6H à l'iufm.
- "Blocage"/"barrage filtrant" à partir de 8h à l'iufm (clos et Tourette). Qui sera là demain ? Inscription.
Vote : 0 contre, 4 abstentions , 52 pour
(Aux dernières nouvelles, "blocage" aussi à Saint Etienne)

-Rendez-vous iufm pour gonflage des ballons à 9h-9h30 sous la statue des personnels de santé (métro Grange Blanche sortie 6. Prévoir masques et vêtements noirs. (Regarder les infos TCL ce soir vers 18h)
Ensuite regroupement de tous les manifestants "Education" au même endroit, parents,Biatos, enseignants de toutes catégories, étudiants et stagiaires..Prévoir banderoles pour être identifiés.
Un podium permettra à chaque groupe de lire un texte. Un texte est prêt pour l'iufm et sera lu.
Après la manifestation qui finit à Bellecour prévoir de rester ensemble pour l'AG qui aura lieu à la Bourse du Travail à 14h.

-AG Vendredi 20 mars 12h30 à Lyon 1, il est important d'y être !

- AG lundi 23 mars 12h au clos pour tous les formateurs :
Question urgente de la grève administrative et des problèmes qui arrivent (rapports de stagiaires demandés par l'administration, dispositif d'alerte, calendrier des soutenances mémoires, etc...
Les responsables d'UFP vont être aux premières lignes.
Suite des actions : Grève cours PE2/PCL2 ? PE1/PCL1? Arrêt total ?
Autres actions ?

Les rendez-vous du 19 mars

Piquets de grève à St Etienne et à Lyon
A Saint-Etienne rendez-vous à 7h45
A Lyon rendez-vous au portail de Tourette à 8 h - puis auClos

AG à St Etienne
8 h - 10 h

Manifestation à Lyon
Gonflage des ballons :
Rendez-vous à 9 h devant la statue à la gloire du personnel de Santé (voir articles précédents pour le plan Google)
Puis l'IUFM rejoindra le cortège Education
Rendez-Vous 10H tramway Boulevard Jean XXIII-Maryse Bastié (près de la statue évoquée ci-dessus)

Agrandir le plan
à l'issue de la manifestation : AG à la Bourse du travail à 14 h

Déclaration des élus au conseil d'école de l'IUFM de Lyon

Réponse des élus au conseil d’école de l’IUFM de Lyon à la déclaration de l’équipe de direction élargie du mardi 10 mars 2009

Nous soussignés, élus ou invités, au conseil d’école de l’IUFM de Lyon , avons lu avec attention la déclaration de l’équipe de direction élargie du 10 mars 2009 transmise à l’ensemble des personnels de l’IUFM.

Nous partageons les préoccupations exprimées dans cette déclaration concernant la rentrée 2009 et nous sommes scandalisés par les conditions inacceptables dans lesquelles le projet de réforme des concours et de la formation des enseignants a été conduit par le gouvernement.

Nous nous prononçons pour une formation professionnelle des enseignants de qualité s’appuyant sur les compétences développées au sein de l’IUFM et des universités et sur les recherches en éducation : en Didactique, Histoire et Epistémologie des disciplines et en Sciences Humaines et Sociales.

Nous affirmons que pour garantir la qualité des recrutements, l’équité et la mixité sociale, il est indispensable d’offrir à tous les lauréats aux concours une année de formation professionnelle en alternance rémunérée dans le cadre du master. Ceci nécessite de repenser la place des concours (CRPE, CAPES, CAPET, CAPLP, CPE et Documentalistes) qui ne doivent pas se tenir pendant la deuxième année de Master.

Considérant que le projet en cours du gouvernement ne permet en aucun cas de proposer une formation professionnelle digne de ce nom, que les récentes déclarations ne comportent aucune avancée significative, et que les mesures dites transitoires sont totalement inadaptées et sont en outre inapplicables, nous nous joignons à tous ceux qui exigent:
· le retrait complet du projet de réforme en cours,
· le maintien en 2009-2010 des concours et de la formation sous leur forme actuelle,
· le maintien du potentiel de formation sur tous les sites tous statuts confondus,
· l’ouverture immédiate d’une concertation nationale sur la formation des maîtres associant l’ensemble des acteurs concernés.


Nous demandons également l’ouverture des pré-inscriptions pour les étudiants qui veulent passer un concours d’enseignement.

Nous vous prions, Monsieur le Directeur, cher collègue, de croire en notre profond engagement au service public d’éducation, de formation et de recherche.

Les signataires, élu(e)s au conseil d’école de l’IUFM de Lyon
Christian ALIN, Dominique BERGER, Viviane DURAND-GUERRIER, Mathias FRONT, Catherine GUICHARDAZ, Gérard HILLAIRE, Anne-Marie MERCIER-FAIVRE, Alain RABATEL, Jean-Jacques RENARD, Josiane ROPERS, Yves SCANU

Les signataires, invité(e)s au conseil d’école de l’IUFM de Lyon
Bernard Bagaggia, Elodie LEBAS

mardi 17 mars 2009

Appel international

Vous pouvez signer l'appel international à tous les universitaires en cliquant sur ce lien : http://math.univ-lyon1.fr/appel

CONTENU DE L'APPEL :

Les universités françaises sont en grève illimitée.

La France possédait un service public d’enseignement supérieur et de recherche de qualité, jouissant d’indépendance, de liberté et de considération. En quelques mois, le gouvernement a décidé, avec brutalité et sans concertation, de le détruire et de le transformer en une sorte de marché de la connaissance, de la précarité et de l’arbitraire.

Les enseignants-chercheurs perdent leur statut ; leurs horaires deviennent « à la tête du client ».
Les postes statutaires diminuent de façon drastique pour faire place à des emplois temporaires, aléatoires et dépendants.
Les doctorants pourront être licenciés sans motif les six premiers mois et seront mis au service des entreprises sans reconnaissance ni droits.
La formation des maîtres est saccagée.
Les universités, devenues « autonomes » (en fait surtout concurrentes et sous contrôle étatique renforcé) et sans budget suffisant, se verront évidemment contraintes sous peu à rendre les études payantes et à se soumettre aux financiers de leur région.
Le CNRS est supprimé et transformé en agence de moyens distribués par des technocrates.
Les chercheurs sont évalués selon des critères « quantitatifs » ineptes et inadaptés, rejetés par toutes les sociétés savantes.

Nous, universitaires et chercheurs de tous pays, reconnaissons là des mesures bureaucratiques, vénales et dangereuses, qu’on a essayé ou qu’on essaie d’imposer dans d’autres pays.

C’est pourquoi nous sommes solidaires des universitaires français. Si, au pays de l’Encyclopédie, de Voltaire et de Rousseau, de la Déclaration des droits de l’homme, l’éducation et la recherche sont réduites à l’état de commerce et soumises à la discrétion des pouvoirs, c’est la liberté du monde entier qui est menacée. [1]

Les forces qui imposent ces nouvelles donnes se concertent ; pour défendre nos valeurs, nous devons nous unir mieux et plus qu’elles. Nous appelons donc les universitaires, au-delà de leurs différences politiques, philosophiques et religieuses à s’unir face à ces dérives généralisées qu’aucun savant humaniste d’aucune époque n’a jamais soutenues.



Note (17 février 2009)
[1] Certains de nos correspondants, en général signataires, nous ont demandé de lever une ambiguïté sur cette phrase, afin qu’elle ne soit pas interprétée comme une exaltation de "la grandeur de la France". Nous le faisons bien volontiers, d’autant plus que le contexte et la personnalité de nombreux signataires le montrent bien : il ne s’agit ni d’un appel unilatéral à la solidarité, ni de la défense d’un statu quo idyllique. Il s’agit de proposer que les bonnes volontés du monde entier s’épaulent, afin de promouvoir partout la liberté de la recherche et du savoir, la qualité des formations et l’esprit de service public. Ce modeste appel est donc à la disposition des universitaires de tous les pays qui le souhaitent, aussi bien au Japon qu’en Nouvelle-Zélande, en Grèce qu’en Italie, ou ailleurs. Ce qui va sans dire va encore mieux en le disant.
Rendez-vous IUFM pour la manif lyonnaise : près de la place d'Arsonval, devant le monument à la gloire du personnel de santé

Agrandir le plan

lundi 16 mars 2009

Compte rendu de l'AG stéphanoise du 11 mars

1) Info sur la coordination nationale.
Suite à une rencontre avec la ministre V. Pécresse la CPU et 3 syndicats universitaires la coordination nationale note quelques avancées (en trompe l'œil?) concernant les enseignants chercheurs... du côté de la réforme de la formation des enseignants aucune évolution. De même les conditions d'une négociation concertée font défaut ! Les mots d'ordre restent donc globalement les mêmes et portent sur six "chantiers" : formation / recrutement / organisation des universités / statut des BIATOS / recherche / enseignant chercheur...
2) Mise en oeuvre opération "tractage dans les écoles".
Des tracts ont été distribués aux PE1 présents des sections A2 et A3 qui feront des actions dès jeudi et vendredi dans leur lieu de stage. Aux personnes intéressées de s'organiser pour se répartir le travail !
3) Il nous semble important de contacter à nouveau les PCL2
Passage dans les sections pour les informer de l'enjeu de nos différentes actions et les inciter à faire l'opération de tractage dans leurs établissements respectifs !.
4) Préparation de l'action du 19.03 Manifestation inter syndicale et participation au cortège de l'éducation nationale (de la maternelle à l'université)
Mobiliser au maximum l'ensemble des personnes de l'iufm ! (en parler entre vous / réalisation d'un affichage ...) - Blocage de l'iufm le jeudi matin. Nous avons en effet décidé de rendre impossible les cours cette matinée (présence dès 7h45 ) en prévoyant le report des cours concernant les PE1. Nous souhaitons réunir le maximum de personnes dès 8h30 en salle de conférence (CO1) afin de faire le point sur l'état actuel du conflit ! mais aussi effectuer les derniers préparatifs de la manifestation inter syndicales. (départ collectif prévu vers 9h30 direction place J. Jaurès) Afin de montrer notre participation massive il serait souhaitable que nous ayons tous des maillots blancs floqués de notre désormais célèbre logo ! Afin de disposer d'un grand nombre de maillots nous mettrons une caisse vers le bureau de CERISE où nous récupèrerons tous les maillots blancs que vous ne souhaitez pas garder ! Ils seront floqués du temps de midi mardi et mercredi prochains
Si vous voulez floquer un maillot que vous souhaitez conserver, vous le ferez lors de votre attente au self ces mêmes jours. Faire suivre l'information à l'ensemble des ses réseaux. Il est important de réussir cette manifestation... sans doute les décisions à prendre sont proches!

dimanche 15 mars 2009

3ème AG nationale de la coordination nationale Ecole en danger




Bref compte-rendu de la troisième AG
nationale de la coordination nationale Ecole en danger
Montpellier, samedi 14 mars 2009

22 départements étaient représentés, 11 avaient envoyé des communications.
Les mobilisations sont diverses et durent depuis longtemps. Les sanctions (retenues sur salaires voire blâme!) tombent, sans que les désobéisseurs ne cèdent. Des parents sont dans la lutte. Soutien de la FCPE.
Un compte –rendu nous sera communiqué. A vos blogs et courriels!
Ce qu'il faut retenir ?
Cette semaine va peser lourd dans le bras de fer avec le gouvernement. Le ministère ne fait que semblant de reculer ou de négocier. Soyons vigilants.
Il nous faut rendre effective la convergence des luttes.
Organisons-nous, mobilisez les gens autour de vous pour le 19 mars.

La coordination des universités se tient lundi 16 mars à Dijon. Elle devrait faire état de la convergence des luttes.
Video de France 3 (samedi - vers 3:35)

"ça s'apprend, ce métier, ça s'apprend"

Jack Lang sur France Culture
"C'est un sujet [la "mastérisation"] qui, si nous n'obtenons pas satisfaction, va dissoudre notre système d'enseignement..."
Ecouter l'émission (en particulier à partir de 9:30)

La littérature était dans la rue

Cours de littérature de jeunesse en plein air samedi 14 mars
Quelques enseignant-e-s et 25 étudiante-e-s avec banderoles et ballons sur les gradins ensoleillés et relativement passants (pour un samedi matin) de la place Louis Pradel (presque partout ailleurs place de l'opéra et des Terreaux le sol était mouillé et à l'ombre).

Nous ne passerons pas dans "Direct soir" c'est sûr (j'ai vu une personne nous prendre en photo de groupe (?)), mais on a tracté et discuté tout au long, des gens se sont assis avec nous et nous ont encouragés. La policière qui a vérifié avec bienveillance la situation (c'était sans doute plus que bien d'avoir l'autorisation) a pris nos tracts pour information (et précisé qu'elle aurait souhaité à un moment de son parcours intégrer l'IUFM).

Efficacité limitée sans doute, mais en tous cas pour tous les présents, je crois, une expérience très formatrice d'ouverture (cf. le cr du cours des collègues lundi dernier) : c'est possible (moyennant un bon micro pour les petites voix, ce n'est malheureusement pas rien techniquement) et même agréable (quant à moi, à force d'empêchements les appréhensions étaient tombées au profit de mon désir) d'aller travailler-manifester sur la place publique. Beaucoup nous ont demandé si nous serions régulièrement là.

Oui, tant que les projets de contre-réforme de l'éducation nationale de notre ministre n'auront pas été retirés ! Et peut-être même ensuite, pour montrer notre vigilance.

samedi 14 mars 2009

Plus de 30 sociétés savantes s'adressent à X. Darcos

Plus de 30 sociétés savantes adressent une lettre ouverte au ministre de l'Education Nationale :

Association des Etudes grecques
Association Française d'Etudes Américaines
Association Française de Mécanique
Association Guillaume Budé
Association des Germanistes de l’Enseignement Supérieur
Association des Historiens Contemporanéistes de l’Enseignement Supérieur
Association des Historiens Modernistes des Universités françaises
Association des Professeurs d’Archéologie et d’Histoire de l’Art de l’Université
Association des Professeurs de Langues Anciennes de l’Enseignement Supérieur
Association des Professeurs de Mathématiques de l’Enseignement Public
Association des Professeurs de Musique et Musicologie de l’Enseignement Supérieur
Association des Sciences du Langage
Commission Française pour l'Enseignement des Mathématiques
Femmes et Mathématiques
Société Chimique de France
Société des Anglicistes de l'Enseignement Supérieur
Société d’étude du Dix-septième Siècle
Société d’étude de la Littérature Française du XXe siècle
Société des Etudes Latines
Société d’Etudes médio et néo-latines
Société des études Romantiques et Dix-neuviémistes
Société des Hispanistes Français
Société Française d’étude du Dix-huitième Siècle
Société Française d’étude du Seizième Siècle
Société Française d’Histoire du Sport
Société Française de Littérature Générale et Comparée
Société Française de Physique
Société Française de Statistique
Société Francophone de Biologie Théorique
Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public
Société des Italianistes de l'Enseignement Supérieur
Société de Langue et Littérature Médiévales d’Oc et d’Oïl
Société Mathématique de France
Société des Personnels Enseignants et Chercheurs en Informatique de France
Société des Professeurs d'Histoire Ancienne des Universités
Union des Professeurs de Physique et de Chimie
Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles
Société des Langues Néo-Latines

En voici quelques extraits :

A notre tour, Monsieur le Ministre, nous vous lançons un appel solennel pour que vous débloquiez la situation, et que s’ouvre enfin la négociation que nous demandons. Voici sur quelles bases nous sommes prêts à collaborer et à préparer des « maquettes ».

1. En finir avec la précipitation
Vous devez maintenir en l’état pour 2010 tous les concours de recrutement de l’enseignement primaire et secondaire. En effet, le report de la réforme est désormais la seule solution permettant une remise à plat du dossier et une véritable concertation (quant au contenu du concours, dans un premier temps, puis quant à l'organisation des futurs masters dans un second temps). [...]
2. Associer la communauté scientifique au débat [...]
3. Maintenir de vrais concours pluridisciplinaires débouchant sur la titularisation
[...]Il faut aussi écarter explicitement le spectre d'un concours de recrutement établissant des listes d'aptitude, donc ne garantissant pas le recrutement et la titularisation en tant que fonctionnaires des candidats reçus au concours.
4. Maintenir l’année de stage pratique rémunéré
La pédagogie ne s’apprend ni dans les livres, ni en restant « en observation » au fond de la classe… [...]
La suppression du stage rémunéré pose en outre un grave problème social : en retardant d’un an le recrutement, la réforme annoncée pénalise les étudiants dont les moyens financiers sont fragiles ; elle aboutit à une sélection sociale des candidats ; elle entraînera aussi la baisse du nombre de candidats, et partant la baisse du niveau de recrutement.
5. Ne pas dissocier les « maquettes » des nouveaux masters et les concours
[...]Par ailleurs, comment concevoir, pour les mêmes étudiants, la maquette d’un master, sans être fixé sur le contenu précis du concours qu’ils prépareront ?
6. Articuler les différents masters d'une discipline
[...]

Il faut, Monsieur le Ministre, pour dissiper nos craintes légitimes et celles de nos étudiants, retirer le projet actuel, réaffirmer que le succès au concours donne accès à une titularisation et non à une liste d'aptitude, rétablir l'année de stage pratique en alternance rémunéré et pris en compte dans la carrière, et enfin décréter un moratoire d'une année afin de laisser à une commission représentative le temps de décider du contenu scientifique des concours, de la nature des épreuves disciplinaires, des conditions de préparation et des moyens matériels et humains qui soient à la hauteur des ambitions légitimes en matière d'enseignement et de recherche proclamées publiquement par vous-même et par les plus hautes autorités de l'Etat.

Lire le texte en entier

Pourquoi nous nous battons

Un beau clip, originaire, semble-t-il, du Nord-Pas de Calais...


POUR QUOI
envoyé par 19MARS

vendredi 13 mars 2009

Les dix - nouveaux- commandements

Les dix nouveaux commandements

La réforme (ce mot a-t-il encore un sens ?) de la formation des enseignants, qui fait actuellement l’objet de vives critiques, n’est-elle qu’un moyen de faire des économies, ou vise-t-elle à transformer en profondeur la culture et les ambitions de l’école de la République ? Nombre de points de vue exprimés dans les colonnes du Café le pensent.

Mais s’il fallait un signe de plus, un indice, le projet de texte régissant l’organisation de la formation, que le Café s’est procuré, l’indique dans d’un bref paragraphe, définissant le « métier d’enseignant » d’une manière radicalement différente de ce qui était énoncé dans les « dix compétences fondamentales pour le métier d’enseignant », publiées en 2006 par un ministère dont l’orientation politique était pourtant proche…
Qu’on en juge :

- « maîtriser les disciplines et avoir une bonne culture générale », « agir en fonctionnaire éthique et responsable », « se former et innover » ne sont plus cités.
- « faire cours et faire apprendre » remplace « organiser le travail de la classe »,
- « individualiser son enseignement » remplace « prendre en compte la diversité des élèves »
- « évaluer les aptitudes » remplace « évaluer les élèves »
- « exiger des efforts et donner confiance », « percevoir les talents », « aider l’élève dans son projet d’orientation » viennent remplacer « travailler en équipe et coopérer avec les parents et les partenaires de l’Ecole ».

Derrière les mots, toute une idéologie : celle de l’individualisme, des dons, du mérite. Le gouvernement pousse sa logique à l’extrême : le social n’existe plus, le collectif non plus.

Ce texte est évidemment un épiphénomène, mais il en dit long sur ce qu’on veut faire à l’Ecole. C’est bien d’une révolution libérale qu’il est question. Rien d’étonnant, dans une telle perspective, que le ministre refuse d’entendre la question essentielle de l’articulation entre les phases de prise en main de la classe et le retour réflexif indispensable pour apprendre à faire son métier, comme le font les médecins ou les plombiers.
Pourtant, la question essentielle devrait être de construire une formation initiale permettant d’armer des jeunes enseignants à entrer dans un métier de plus en plus difficile :

- maîtriser les savoirs à enseigner, évidemment, mais aussi pouvoir commencer à comprendre les difficultés d’apprentissage des élèves, leurs différentes manières de vivre l’Ecole, l’irruption des difficultés sociales dans l’Ecole…

- apprendre à « faire classe » pour ne pas en rester à « faire cours », enchaîner les multiples micro-décisions qu’il faut prendre à chaud à tout moment de la journée, gérer sa propre activité sans trop s’user prématurément, gagner en sécurité personnelle…

- travailler collectivement pour pouvoir ensemble s’attaquer aux difficultés du métier et à sa pénibilité, mesurer l’importance du travail d’équipe pour faire vivre l’école, assumer les relations avec les familles et les « partenaires » avec le recul nécessaire…

On en est loin. Et une chose semble certaine : si dans les prochaines semaines ce projet reste en place, les élèves et les enseignants n’ont pas fini d’en payer le prix.

M. Sapiès.

Lu, sur le site du café pédagogique, cet article, qui exprime bien les préoccupations du collectif IUFM de Lyon.

Mastérisation : sortir de la confusion et de l'incohérence

Communiqué de presse de la CDIUFM du 12 mars 2009

Une situation extrêmement confuse, préjudiciable aux étudiants
La Conférence des directeurs d’IUFM constate que le projet de réforme du recrutement et de la formation des enseignants est aujourd’hui englué dans une confusion totale. L’absence de vision d’ensemble du dossier, l’empilement successif de mesures partielles le plus souvent en réponse aux revendications de tel ou tel groupe de pression ont plongé ce projet de réforme dans une totale incohérence. De ce fait, alors que l’économie de moyens financiers était l’un des effets attendus de la réforme, cette incohérence et les concessions qui ont été faites risquent de faire en sorte que cette réforme coûte plus cher qu’elle ne rapporte. Il est aujourd’hui trop tard pour une mise en oeuvre, en l’état, de cette réforme à la rentrée de septembre 2009, sauf à affaiblir considérablement la qualité attendue des nouveaux dispositifs de formation. L’éventualité d’une « année transitoire », mélangeant système actuel et projet de réforme risque de rajouter de l’incohérence. Dans ce contexte, les étudiants se destinant aux métiers de l’enseignement sont aujourd’hui dans une incertitude qui les désoriente et les angoisse.

La nécessité d’une formation professionnelle universitaire

La Conférence des directeurs d’IUFM a toujours exprimé son attachement à la reconnaissance de la formation initiale des enseignants par un diplôme de niveau master. Elle rappelle son attachement à une authentique dimension professionnelle de la formation initiale. Or, à l’heure où les universités ont pour mission de développer les formations professionnelles, le risque de réduire la formation initiale des étudiants à une stricte dimension académique constituerait une régression qualitative considérable. Il convient :
que la formation des étudiants comporte de manière importante des dimensions professionnelles, didactiques et pédagogiques. que l’alternance demeure une modalité fondamentale de la formation ; il y a nécessité d’un volume significatif de stages, dans une véritable logique de formation et non pas pour remplacer des professeurs absents.
L’Etat doit assumer ses responsabilités en définissant clairement et promptement les modalités de la rentrée 2009-2010
La Conférence des directeurs d’IUFM en appelle solennellement à la sagesse des ministres pour que cette réforme soit totalement revisitée.
L’utilité d’un débat le plus large possible
Pour ce faire, la Conférence des directeurs d’IUFM demande à la Conférence des Présidents d’Université d’organiser, avec elle, de toute urgence, dans toutes les régions des États Généraux de la formation des enseignants. Des conclusions nationales, fondées sur des analyses rigoureuses et une consultation largement participative et démocratique devraient permettre de bâtir une réforme de qualité.

jeudi 12 mars 2009

...et les IUFM vont disparaitre (Le Monde)

La réforme de la formation des enseignants sera étalée mais pas reportée
LEMONDE.FR avec AFP 12.03.09 20h49 • Mis à jour le 12.03.09 21h01
La réforme de la formation des enseignants, qui devait initialement entrer en vigueur en 2009-2010, aura un "caractère transitoire" en 2009-2010 et verra son "aboutissement à l'occasion des concours 2011", annoncent les ministres Valérie Pécresse et Xavier Darcos, jeudi 12 mars, dans un communiqué commun.

Le processus de la réforme commencera à s'appliquer "dès la session des concours 2010", mais "pour sa première année d'application", les modalités de cette réforme "auront un caractère transitoire et prendront leur plein effet à compter de la session 2011", indiquent les ministres de l'enseignement supérieur et de l'éducation nationale. Le texte ne prévoit donc pas de reporter de 2010 à 2011 la première année des nouveaux concours, comme le demandaient les présidents d'université.
STAGES D'OBSERVATION RÉMUNÉRÉS
Le texte annonce aussi un renforcement des possibilités de se familiariser avec le métier d'enseignant avant le concours. Les syndicats dénoncent en effet la suppression de l'année de stage prévue dans la réforme. Le gouvernement propose des stages d'observation et de pratique accompagnée de 108 heures en mastères 1 et 2, une mesure qui pourrait concerner 100 000 élèves. "Ces stages seront rémunérés", précise le texte.
Sur le fond, la réforme reste inchangée : le concours de l'éducation nationale nécessitera un mastère, au lieu d'une licence, une formation adaptée sera mise en place dans les universités, et les IUFM, qui assuraient un an de formation avec une alternance de cours et de stages, vont disparaître. La réforme de la formation des enseignants des premier et second degrés est devenue le sujet qui cristallise le plus les mécontentements dans le monde de l'éducation, depuis la maternelle jusqu'aux universités.

Il est urgent de se mobiliser plus que jamais !

mercredi 11 mars 2009

L'IUFM dans la manif à Lyon
















Encore une forte mobilisation à Lyon : 1er degré, 2nd degré et université.
L'IUFM, qui fat le lien entre toutes les composantes de l'école, de la maternelle à l'université, était une nouvelle fois en tête du cortège, avec plus d'une centaine d'étudiant-es, stagiaires, formateurs et formatrices, Biatoss, plus déterminé-e-s que jamais à obtenir le retrait des réformes Darcos et à défendre l'école de la République.
Au rectorat, le cortège a rejoint les listes complémentaires du 1er degré du département du Rhône, qui n'ont toujours pas été appelées, alors que les remplacements ne sont pas effectués dans de nombreuses écoles, et que les stages T1 sont supprimés, faute de remplaçants.
La manifestation s'est terminée par une chaine humaine autour du rectorat.

"Blocage" de l'IUFM de Lyon et raccrochage de teeshirts







Ce matin, vers 11 h 15, à l'appel de l'AG d'hier, de nombreux cours se sont arrêtés de façon à pouvoir refaire des teeshirts (notre "étalage" ayant été sauvagement volé durant le week-end.
Accrochage prévu en musique à midi : mais trop de pluie pour sortir les percus...
Qu'importe, la nouvelle collection de teeshirts IUFM est sur les grilles, une collection de lutte au service de l'école publique et de la formation de ses enseignant-es.

La journée du 10 mars dans les médias

ARTICLES, EMISSIONS ET VIDEOS SUR LA JOURNEE NATIONALE DE MOBILISATION DU 10 MARS A L’APPEL DE LA COORDINATION « ECOLE EN DANGER » :


"LE PROGRES" n°50 103 du mercredi 11 mars 2009 :
Ø page 4 : (France Monde) « Une mobilisation partout en France »

"20 MINUTES" n°1578 du mercredi 11 mars 2009 :
Ø page 8: (France ) « Education. Ca bouge avant les manifestations »


"METRO" n°1526 du mardi 10 mars 2009 :
Ø page 8 : (Lyon) « Pas touche à l'école. Une journée d'action est organisée par les parents et les profs »

"LYON PLUS" n° 9889 du mercredi 11 mars 2009 :
Ø page 3 (Grand Lyon): "La manif rassemble peu mais ratisse large";

"L'HUMANITE" n°20033 du mercredi 11 mars 2009 :
Ø Une : « De la maternelle à l’université. Une journée contre l’école sacrifiée. » ;
Ø page 2 : (Evénement) : « L’éducation fait front commun » ;
Ø page 3 : (Evénement) : « Service maximal pour Robert Doisneau »
http://www.humanite.fr/Une-journee-contre-l-ecole-sacrifiee

v Site de « RADIO SCOOP. COM » : http://www.radioscoop.com/infos.php?id=31658&z=home_infos
Ø page d’accueil : (Actualités) : « La grogne se durcit dans l’éducation nationale »

v Site de « LYON CAPITALE » :
Ø Page d’accueil : (Actualités) : « Journée de mobilisation dans l’éducation » (article + vidéo)

v http://www.lyoncapitale.fr/index.php?menu=12&article=7397
Ø Site de LYON ACTU.FR : « Service Maximum d’Accueil » dans une école lyonnaise :

Reportage de FRANCE 3 (« 19/20 » du mardi 10 mars) : http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=b69a_1920

Emission sur TLM : « Débat d’actu » avec Franck REBILLARD, enseignant chercheur et membre du collectif PAU et Isabelle CAMPANELLA, enseignante et parent d’élève à Robert Doisneau (collectif Croix-Rousse), membre de la coordination « Ecole en danger ». (Diffusion mardi 10 mars à 18h45 puis rediffusions mardi 10 mars à 20h ; mercredi 11 mars à 15h45 & 17h15 ; jeudi 12 mars à 11h15 ; vendredi 13 mars à : 11h45 & 17h ; samedi 14 mars à 19h & 22h30 ; dimanche 15 mars à 10h30, 17h & 00h.) http://lyonenfrance.blogspot.com/2009/03/service-maximum-dans-une-ecole.html



ARTICLES SUR LA JOURNEE NATIONALE DE DESOBEISSANCE DANS L’EDUCATION DU 11 MARS A L’APPEL DE LA COORDINATION « ECOLE EN DANGER » :

"L'HUMANITE" n°20033 du mercredi 11 mars 2009 :
Ø page 2 : (Evénement) : « Journée de désobéissance » ;

"LE PROGRES" n°50 103 du mercredi 11 mars 2009 :
Ø page 2 : (Son point de vue) : « Je refuse de cautionner la casse de l’école publique » par André ABEILLON, désobéisseur ;

mardi 10 mars 2009

Proposition de slogans pour mercredi 11 mars

Sarko, Darcos, Pécresse,
Vot’projet on n’en veut pas.
Non, non, non à la démolition.
Oui, oui, oui à une vraie formation.

Former des maîtres ? Ouiii…
Sans de vrais stages ? Non…
En alternance ? Ouiii…
En bachotant ? Non…
Avec un master ? Ouiii…
En f’sant des p’tits boulots ? Non…
Avec un salaire ? Ouiii…
Une vraie formation ?
Oui, oui, oui !
La démolition ?
Non, non, non !

- Des milliards pour les banques ?
- La misère pour les facs !
- Des milliards à l’industrie ?
- Les écoles appauvries !
- Des milliards aux nantis ?
- La maternelle anéantie !
- Mais qui soutient Sarko ?
- C’est pas les pédagos !
- Mais qui Sarkozy aide ?
- Ce n’est pas les RASED !
- Et qui Sarkozy aime ?
- Pas les IUFM !

Ouvrons des écoles.
Fermons des prisons.

Xavier Darcos, démission.
Victor Hugo à l’éducation.

Et parce qu’il ne faut jamais perdre son humour :
Robien, reviens.
En fait, on t’aimait bien…

Compte rendu de l'AG lyonnaise du 10 mars

Compte rendu AG IUFM Lyon, amphi Tourette, mardi 10 mars, 13h.

Présents : l'amphi est plein, étudiants 1ère année, stagiaires 2ème année, enseignants du 1er degré en formation continue (2 stages), formateurs et formatrices.

1 : Situation actuelle et nouvelles de la semaine écoulée :

- Xavier Darcos déclare samedi qu'il maintient la réforme et met en place une commission d'accompagnement de la réforme le 16 mars.
Des signes forts sont donc à donner avant cette date.

- Ce même samedi, à la Sorbonne, la coordination nationale "formation des enseignants" qui réunit de nombreux iufm et universités, vote des motions à consulter sur ce blog.
A retenir la demande de retrait total de la réforme sans expérimentation provisoire d'aucune sorte.
Donc inscriptions dans les IUFM dès maintenant pour l'an prochain.
Pour cela, à Lyon, une demande écrite de rendez-vous pour une délégation sera faite au directeur de l'iufm Régis Bernard et au président de Lyon 1, Lionel Collet. Des formateurs rédigeront la lettre. Des formateurs, étudiants et stagiaires doivent être de cette délégation.
Dans les motions sont également demandés des Etats généraux de la formation avec tous les protagonistes.

2/ Actions à mener :
- Ce mardi midi : Battucada et tracts distribués avec les enseignants des écoles du Gros Caillou et Aveyron

-13h : freezing place des Terraux avec la coordination "Sauvons l'école", parents-enseignants.

-14h : plusieurs formateurs, étudiants et stagiaires vont au tribunal : des étudiants ont été interpelés hier (venue de V. Pecresse) après des interventions policières violentes de la BAC
Ces étudiants passent aujourd'hui au tribunal en comparution immédiate.

-18h : freezing place des Terreaux avec des écoles, notamment Aveyron et Gros Caillou qui distribuent des tracts à partir de 16h 30.

-17h et plus : Réunion dans les écoles, nuit des écoles, notamment l'école Cornier, rue Jaquard où iront des formateurs.

-19h : Mairie du 6éme, invitation à un débat et informations à donner sur l'iufm, à l'invitation d'un conseiller général (parti de gauche).

11 Mars :
- 8h-9h : inscrire sur tous les tableaux, Tourette et Clos : " Arrêt des cours à 11h"
et " Manifestation à14 h aux Terreaux". Il faut que X. Darcos entende !
- Informations à Villeurbanne pour ceux qui peuvent.

-11h : -Arrêt des cours, informations et débats dans les classes et la cour.
- atelier" tee-shirts" (ceux de la Tourette ont été enlevés ce week-end).
Apporter tee-shirts blancs et ficelles solides... et phrases-chocs

-12h : Accrochage solennel des tee-shirts peints sur les grilles de la Tourette avec musique et tracts.
-14h : Rassemblement aux Terreaux (habits noirs, masques blancs, musique, bruitage, slogans, banderoles et chansons... Soyons très nombreux !
-17h : Remise à l'IA des lettres de "désobéisseurs "

- samedi 14 mars,10h : cours de littérature dans la rue, place de l' Opéra.
-samedi 14 mars : coordination à Montpellier "Sauvons l'école". Qui y va ?


-17 mars : chaîne humaine qui doit traverser Lyon avec toutes les universités (surveillez les infos qui viendront)

- 18 mars : réunion avec Touraine ( PS), mairie du 7ème. Débat : quel avenir pour l'école ?
- 19 mars : manifestation interprofessionnelle.

mercredi 18 mars : Prochaine AG, Amphi Kergomard,12h30
Penser les actions fortes du 19 mars, à l'iufm avant la manifestation interprofessionnelle qui part à10h.